11 février 2009

écrire et parler

Parce que le moment m'a paru propice, je l'ai invité à parler alors qu'il était peut-être déjà sur le point d'écrire. Il a dit :"écrire c'est une voie détournée pour prendre la parole... ça coule, c'est fluide, la parole... quand je parle je veux toujours faire des plaisanteries... l'écriture, ça permet de rattraper les mots. On est fait de mots... Tu as parlé de la présence de la mer, moi j'ai pensé : c'est l'absence de la mère – le rapport entre la présence de la mer et l'absence de la mère – la présence et l'absence c'est la... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 18:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 février 2009

une petite feuille morte

Un soir j’ai trouvé une feuille morte sur ma table. Il ne restait rien de tous les papiers noircis de mots que j’avais écrits depuis des mois ou des semaines. Tout avait disparu, volatilisé, remplacé par la petite feuille. Comme une reine au milieu de la table, baignée d'une douce lumière ocrée. Je vérifiai que la lucarne était bien restée fermée, comme je vérifiai, pour ainsi dire, dans ma pensée, qu’elle n’était pas venue faire le ménage dans ce grenier où j’écrivais, contre son gré. C’était une vraie petite feuille d’arbre,... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 00:27 - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 février 2009

pause bête

Pourtant on voit d'avanceon veut d'avanceon prévoit, on pressenton croit d'avanceon parle d'avanceon écrit d'avance (il s'est d'ailleurs créé le mythe de la prophétie.)Il y a un moteur dans l'homme et c'est l'avenir. Lorsqu'il ne fonctionne pas tout s'arrête ou tout menace de s'arrêter.Nous ne pouvons être qu'en devenir, qu'en route, qu'en chemin.Nous sommes Achille, ou la flèche, nous sommes tout corps en mouvement qui n'atteint jamais son but. Qui ne veut jamais atteindre son but. Nous sommes en plein paradoxe de Zénon. Nous aimons... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 01:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 février 2009

la lenteur

Je comprends l'hindouisme, le bouddhisme, la métempsychose. Intuitions de la lenteur.Ceux qui s'allongent pendant des mois sur un divan, comme sur la mer du langage, y sont soumis, elle les porte.Eloge de la lenteur. Puissante force de vie, à l'égal de celle qui fait ouvrir les fleurs, avancer les racines.Sans cesse nous nous déracinons, nous sommes des fleurs de pissenlit qui semons à tous vents, des pisse-en-lit encores mouillés de notre premier lange, notre lange maternelle. Prompts à couper tous les ponts, à suivre toutes les... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 00:34 - Commentaires [5] - Permalien [#]
02 février 2009

matin

Le soleil monte de l'est. Il arrive d'un grand voyage.Mais pas moi, qui suis couché comme un toit et les trappes encore béantes sur le remous profond d'un paquebot.Et déjà le flot retiré, deux paupières retournées sur le dos, la terre terrassée de soleil, et nous tous, debout déchirés, comme des morceaux de papier d'une même page.
Posté par kelcun à 11:12 - Commentaires [7] - Permalien [#]
22 janvier 2009

alternativement

Apprendre à devenir photographe c'est apprendre à ne pas voir. Je me promène avec l'appareil photo dans la poche. Je ralentis le pas. Je ne sens pas le froid. Tout s'offre à ma vue. Tout pourrait être pris en photo.C'est une véritable libération.C'est aussi bien qu'écrire comme je le fais maintenant, après tant d'années d'avidité et de combat, en laissant ma plume dessiner les chemins du texte comme le temps qui passe, comme la respiration qui alimente le corps.Je marche ainsi, mes pas me conduisent plus loin, je n'ai pas pris de... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 17:34 - Commentaires [13] - Permalien [#]

09 janvier 2009

écrire, c'est aussi photographier

Aujourd'hui le ciel est doux, avec du bleu et du rose dans le blanc des nuages.Il y a un autre regard derrière le regard.Ecrire aussi, c'est photographier, faire un instantané qui arrête – et peut-être révélera – l'ensemble de ces regards qui donnent vie au regard.Aujourd'hui, le métal jaune de la grue est d'or : le soleil la peint.La poésie c'est le jeu de toutes ces manches retroussées des choses qui donnent vie au monde, comme des ouvriers de Fernand Léger.Tout le monde travaille – la moindre lettre, découpée de Braque, le coup de... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 10:20 - Commentaires [8] - Permalien [#]
07 janvier 2009

sentir ?

La vie est un parfum, a écrit Ferber ci-dessousLa vie est une grue dans le brouillardau-dessus d'un quartier enneigé A chaque fois qu'on la sentiraon se sera laissé surprendre
Posté par kelcun à 19:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 janvier 2009

microdyssée

Après quelques jours doux passés avec une femme très aimante – trop, je n'aime pas beaucoup les attitudes trop aimantes – j'ai dormi seul dans mon lit. Je crois qu'il y avait son parfum sous mon nez dans la couette. J'ai fait un grand voyage au cœur du monde qui est le mien, riche de rencontres, d'aventures, de lumières sur moi-même, sur ma violence – car la violence n'est pas une réalité extérieure, elle n'existe qu'en nous, comme le sang par exemple, ou les microbes, elle a besoin d'être hébergée par des corps pour exister.Je reste... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 16:24 - Commentaires [9] - Permalien [#]
28 décembre 2008

suite du journal de la rivière

Elle est toujours là. Après des années.Elle est encore là, après des millénaires, je crois.Elle joue à travers mon regard comme à travers les jours.Elle joue avec mes mots comme avec les oiseaux. Pour la première fois depuis vingt ans, je la photographie. Je joue avec elle aujourd'hui, comme le jour où j'ai plongé. J'attrape au vol ses oiseaux et les pose sur la page avec mes mots. Ils ont la tête à l'envers, les oiseaux, et les mots coulent dans l'eau. En venant, j'ai croisé mon amie Laurence et me suis baigné un moment dans le... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 20:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]