30 décembre 2009

temps

jour après jour regard après regard parole après parole pensée après pensée rêve après rêve retour après retour regard après parole silence après silence étonnement après étonnement découverte après découverte interrogation après interrogation parole après silence regard après étonnement découverte posée regard renouvelé pensée étendue parole silencieuse regard après pensée année après année présent après passé ouverture sur ouverture geste après geste choix après choix étonnement sur découverte retour sur regard regain sur nouveauté... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 16:33 - Commentaires [8] - Permalien [#]

20 décembre 2009

lecture

La neige et les deux merles sur les toits. Il allait rester là devant la fenêtre et prendre un livre. Rejoindre de tout près le monde lointain de l'autre.La blancheur traîne sur le rouge chaud des tuiles. Elle se retire sans qu'il la voie glisser. Présence féminine.Ce matin s'étonnant lui-même il avait choisi la chemise blanche en coton souple à manches courtes, et par-dessus enfilé la rouge chaude couleur de brique trop usée, retrouvée par hasard. Il se surprit à ressembler ainsi au paysage de sa fenêtre. On aurait pu les dessiner,... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 16:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 décembre 2009

gammes

Je m'amuse à écrire, c'est fastidieux, c'est courageux. Nice, la promenade des Anglais. La plage aux galets secs. Lorsque je n'aime pas il faut que je m'occupe. C'est alors que je peux apprendre à écrire bien. Comme un enfant. Le pianiste joue comme j'écris. Oh ! c'est beau... Vous croyez ?Lorsqu'on aime ce n'est pas pareil, on rêve, on désire, on languit, on souffre.Qu'y a-t-il donc à part aimer ? Comment se fait-il... je me remets à écrire à l'envers. J'écris tellement que je m'épuise en écriture. Je ne veux plus faire aucune... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 11:40 - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 novembre 2009

évocation

La luisance de la rivière.Une plante échevelée jaune et verte, très haute.La silhouette d'une jeune femme vêtue de sombre, son visage faiblement éclairé et pourtant (comment ?) rêveur, tendre, tiède et sa main venant porter à sa bouche une cigarette. La tiédeur, le rêve, la tendresse, la pâle lumière sont cet instant perçu du désir d'une bouffée de cigarette. La plante s'élançait dégingandée et élégante d'un pot, contre une fenêtre devant la nuit quand il est sorti. Une petite famille est passée à vélo : le père et deux enfants, leur... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 23:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 novembre 2009

temps de silence

si lent temps d'absenceen deçàen de-sens j'étais attentif à la pierre tombale de mes parentscomme je l'étais au ciel très bleuaux roseset aux petites fleurs rouges qui jaillissent à profusion des parterres en désordre de ce bel automne foulé nonchalammentattentif à mille pensées claires sorties de leur refuge mais que dire de la profonde chaleur fémininejamais oubliéetoujours rencontréerêvée
Posté par kelcun à 20:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 octobre 2009

tu rentres seule

Tu glisses dans le soir d'automnequi tombe aussi doucement qu'un baiserTu reçois une caresse que tu ne sens pas encoreou que tu ne sens toujours pasou peut-être que tu n'as cessé de sentir de la journéeà travers les replis d'un rêve qui te restait de la nuitou du soleil infiltréou de l'eau doucequi habite silencieuse ton corpset semble répondre à chaque mouvement d'un mondeinconnu et connude toi seule
Posté par kelcun à 20:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 octobre 2009

la carte du tendre

L'homme fut amusé de me voir regarder l'écorce de si près et la toucher délicatement. Il y alla de sa plaisanterie, suggérant en riant quelque mot d'amour qui serait gravé là, non sans s'excuser galamment à l'adresse de ma compagne qui avait poursuivi son chemin – mais toute cette galanterie n'était sans doute qu'habile détour destiné à la sienne assise sur le banc à côté de lui.Ne point trop en dire semble une règle persistante, malgré la libéralisation des mœurs. Elle partage le paysage amoureux avec son opposé, l'outrage verbal, le... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 21:35 - Commentaires [5] - Permalien [#]
26 septembre 2009

limites

Ce soir le temps m'a pris par la main. Au-dessus de la rivière des ballets croassants de corbeaux lâchaient et rattrapaient leur troupe noire et harmonieuse. La boule orangée du soleil s'enfonçait à l'horizon. Le grondement continu du trafic sur le quai opposé mis à distance par le silence de l'eau. Les pigeons tout en douceur abandonnés comme pétales au vent. L'ombre se faisait peu à peu sur la promenade où s'attardaient  quelques riverains. Le journal reçu de mes amis du théâtre, courageux toujours dans leurs rêves, que j'ai lu... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 22:24 - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 septembre 2009

couture

Comment, à l'âge où ma vue baisse, en suis-je venu à faire de la couture ?Pas de la haute couture, de la couture de papier, car je couds des livres : mots, pages, phrases, pensées et lignes, inutile besogne au regard du consommateur.Couture ?assembler avec souplesse, réunircomme on laisse les mots respirer et vivre. Ils sont comme des petits oiseaux, pleins de vie à l'intérieur, et de promesses de vols.Attraper les chimères, courir vers l'horizon sans cesse hors d'atteinte, et puis aimer, aimer.Si je vous disais qu'en toutes... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 18:25 - Commentaires [5] - Permalien [#]
18 septembre 2009

rêve

Je suis désemparé d'avoir trop rêvé. Parfois le gros de la vie se réfugie dans les rêves.Lorsque je navigue à la surface, évitant les écueils, surfant sur la mer profonde, la nuit je réintègre mon immensité.Tous les jours nous sommes tous à la pêche aux autres des profondeurs.A la pêche ou à la chasse, à la cueillette ou à la quête, ou à l'attente.Comme le petit enfant vous happe dans ses grands yeux. On lui a mis un joli collier, une jolie robe, un joli nœud.On l'a attrapée dans la photo, elle aussi, avec son rêve. Photo... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 12:56 - Commentaires [5] - Permalien [#]