20 mars 2012

s'échapper du réel

Dans L'air et les songes, Bachelard soulève cet apparent paradoxe que rêver ne nous ferait que mieux pénétrer le réel... "Dis-moi quel est ton infini, je saurai le sens de ton univers, est-ce l'infini de la mer ou du ciel, est-ce l'infini de la terre profonde ou celui du bûcher ?" et plus loin il affirme : "En fait, la manière dont nous nous échappons du réel désigne nettement notre réalité intime. Un être privé de la fonction de l'irréel est un névrosé aussi bien que l'être privé de la fonction du réel. On peut dire qu'un trouble de... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 21:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 mars 2012

poétique politique

rêver sa vievivre ses rêvesnous serions bien en peine de faire mieuxnoués que nous sommes à notre imaginairele dire ne fait que révélernotre désir pétri de symboliquequ'est-ce que cela changed'être amené à la conscience ?seulement de nous faire librelibre du choix limité de nos rêveslibre du choix limité de nos valeurs René Magritte L'invention collective 1935
Posté par kelcun à 09:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2012

le pouvoir du rêve

Jean-Jacques Lévêque aura été celui qui, pour moi aujourd'hui, a dit le mieux l'essentiel à propos de cette œuvre d'artiste – œuvre de vie.Il écrivait dans son blog soleil dans la tête : "Habiter ses rêves, quoi de plus naturel pour celui qui saura leur donner forme.Le Facteur Cheval aura été jusqu'au bout d'une logique qui, souvent, nous paraît trop contraignante pour s'y résoudre. N'est-ce pas le propre du rêve que de s'effacer quand notre esprit reprend le chemin du réel. Ou alors nous mène-t-il à la folie quand on tente... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mars 2012

double page pour le passé (2)

Entre la fin d'une sculpture et son élaboration il y a sa présence effective dans son aboutissement et dotée de tout ce que son concepteur avait prévu pour elle.A terme, brisée, elle est comme ces ruines où l'on perçoit toute la beauté originelle dans ce qu'il en reste. C'est (ce devait être) le souci de tout sculpteur, d'imaginer ce que serait son oeuvre privée de certains de ses éléments ou amputée ; ce sont souvent les membres qui disparaissent, on dira que c'est le complexe de la Vénus de Milo mais qu'elle est belle ainsi, et le... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 14:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mars 2012

double page pour le passé (1)

Mon passé mon passé, où es-tu passé ?Ma part à moi, mon paradis, ma parade, mon panache, mes beaux atours où êtes-vous passés ?Dans quelle armoire, quel miroir, quel tiroir ? quelle mémoire ?Sur quel trottoir de ma mémoire ai-je laissé traîner la fille que j'ai tant aimée ? L'ai-je balayée comme une vulgaire crotte dans le caniveau ? Comment m'en suis-je débarrassé ? M'en suis-je débarrassé ?Comment les autres ont-elles fini par quitter ces couloirs sombres, combien d'années faut-il pour crever à un amour ? Que de questions, que de... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 11:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]