18 mars 2012

le pouvoir du rêve

2guofhuoJean-Jacques Lévêque aura été celui qui, pour moi aujourd'hui, a dit le mieux l'essentiel à propos de cette œuvre d'artiste – œuvre de vie.
Il écrivait dans son blog soleil dans la tête : "Habiter ses rêves, quoi de plus naturel pour celui qui saura leur donner forme.
Le Facteur Cheval aura été jusqu'au bout d'une logique qui, souvent, nous paraît trop contraignante pour s'y résoudre. N'est-ce pas le propre du rêve que de s'effacer quand notre esprit reprend le chemin du réel. Ou alors nous mène-t-il à la folie quand on tente de le poursuivre en se contentant de le contenir dans notre corps, prisonnier d'une illusion, le réel le déniant, le quotidien le repoussant.
Décevantes auront été les tentatives des poètes surréalistes qui veulent consigner par le biais des mots ces images furtives qui s'échappent et qu'ils s'obstinent à piéger en un filet dérisoire.
Le génie du Facteur Cheval tient à une volonté défiant la raison, le lâche confort du quotidien, d'aller jusqu'au bout de sa propre logique ancrée dans le rêve et auquel la pierre donne une consistance, une résistance au temps, à son travail d'usure.
Ne sont-ce pas dans les pierres que les grands bâtisseurs des civilisations passées ont confié le soin d'en perpétuer le pouvoir de fascination. Les civilisations dont les monuments témoignent ne sont plus, mais, par leur présence, ces "rêves de pierre" en portent encore la marque, sont comme des panneaux de signalisation qui balisent le champ élagué de leur vie active et quotidienne. Ce sont des monuments non plus voués à la pratique des humains, mais aux célébrations à des divinités, créées pour leur grandeur.
Et parce que le rêve est un espace éloigné des aspects pragmatiques de notre vie, et qu'il plonge dans le plus profond de notre inconscient, il ne peut que générer des formes dont la subsistance nous fascine et nous porte à les classer dans l'espace du sacré.
Le Palais Idéal du Facteur Cheval a ainsi souvent l'aspect d'un lieu de culte, il fait référence à des temples faramineux, traduits comme des citations, car ils sont empruntés à ce savoir encyclopédique dont le Facteur Cheval voulait faire usage, et, avec une certaine naïveté nous faire partager l'essence même qui est de nous hausser à la hauteur de ce que nous avons de meilleur en nous-même." C'est lui aussi qui, pour moi aujourd'hui, en a montré la photo la plus habitée.

citation et photo extraites du blog de Jean-Jacques Lévêque

Posté par kelcun à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur le pouvoir du rêve

Nouveau commentaire