30 août 2008

chemins croisés et décroisés

Voici un texte, écrit trente ans plus tôt, après avoir quitté une autre maison, une autre compagne. Plus lyrique peut-être, c'est pourtant bien le même chemin d'écriture, la même vie ?TilleulLe rêve monté à deux, monté trop haut monté trop vite avait fleuri comme ces salades l’été qu’on avait oublié de manger. Et finalement leur tige solide leur âcre parfum leurs graines ont su défier la pierre, la maison peut-être écroulée que nous avons abandonnée. La grande pièce aux murs blancs, j’y pense toujours comme à un oiseau, le tilleul... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 10:41 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 août 2008

hommes et femmes

Ainsi les taupinières rencontrées en abondance ces dernières années (où j'eus la chance de m'investir pour partie à la campagne), le livre de Jean-Loup Trassart "conversation avec le taupier" dont je ne savais pas que je n'aurais que le temps de le commencer avant de l'abandonner sur place comme tant de choses et de souvenirs lorsqu'il faut partir sans se retourner, et cette métaphore qui m'est venue fortuitement dans le dernier texte, voici que tout cela, les taupes, prennent corps sur ce chemin. Sans doute parce que... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 00:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2008

droit devant soi, la vie

J'ai dit à Nuit (elle ne s'appelle pas Nuit, mais je l'appelle ainsi), j'ai dit à Nuit que j'entrais dans son jeu, que j'entrais dans son territoire, que je la suivais à la trace, pour le moment.Une autre (elle n'a pas de nom encore) conteste tout ce que je fais : elle défend son territoire. Depuis trop longtemps je la pollue, "disparais de ma vie !" m'a-t-elle crié un jour.Oui, je suis sorti, c'est comme une métamorphose : d'animal souterrain (taupe par exemple) je deviens terrestre, ou aérien, je brasse des femmes, ou... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 23:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2008

soir d'été

Le sommet d'une colline. Une très forte odeur d'herbe fraîche. Des cloches, venues je ne sais d'où, se mettent à sonner, très distinctement, dans le silence, un angelus carillonnant. Il est 7 h du soir. Des voix d'enfants, des remuements de papier ou de végétaux, des pas se font entendre maintenant, tout près, de cette bâtisse de ferme immense, magnifique près de laquelle je m'étais arrêté et qui m'avait parue délaissée. Et maintenant une voix d'homme parlant à un enfant, la voix d'enfant. Les bruits s'éloignent. Un insecte entre dans... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 23:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 août 2008

cette paix

Elle peut avoir toutes les couleurs, elle est noire chez Soulages, elle est bleue chez Olivier Debré, elle est d'or peut-être chez JS Bach ou d'eau transparente, elle est un ciel emplissant une fenêtre chez Magritte,elle est tout ce que nous venons de libérer pour lui faire place. Elle est perception qui s'exprime, non pas chose mais mouvement — texte, parole, passage, nécessitant peut-être un travail — on l'a captée au vol, habitée, laissée aller sa route.Habiter la paix, ce n'est pas s'habiter soi-même mais habiter tout ce qui n'est... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 11:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 août 2008

retour de promenade

Rivière de beauté, rivière de bronze, luisance d'olive noire, miroir verdâtre, brise d'eau claire, miroir d'une infinie limpidité brusquement ouvert sur toute la largeur du chemin, englobant le ciel et la ville et les arches regardées dans l'eau du pont. Les couleurs successives, les épaisseurs et les glacis, les friselis, rien ne m'a tenu en proie au tourment du dire, aucun mot n'a traqué, fendu, empesé l'eau libre de nous, caressante au regard, à la peau, à la marche. Et si l'on s'est senti heureux, c'est que l'on était inclus dans... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 20:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 août 2008

la beauté, le bonheur

Au fond, ce qui m'entoure est très beau et si je voulais rester dans l'instant je resterais dans ce bouquet de lavande à demi-séché — aux trois-quarts séché — qui avait déjà une petite odeur de foin lorsque je l'ai mis dans le vase il y a deux mois, en juin. Le vase est beau, blanc en forme d'œuf très allongé ou plutôt d'un bel émaillage à peine rosé très clair, et le bouquet part dans tous les sens, selon des arabesques, des courbes échevelées — pas trop fourni si bien qu'on peut suivre presque chaque brin si on le souhaite, son bleu... [Lire la suite]
Posté par kelcun à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2008

comprendre

avec l'aide de qui ? ou, mieux : avec qui ? comprendre avec le regardcelui qui perçoit tout à la fois l'extérieur et l'intérieuren un instantlorsque l'extérieur est l'autrelorsque l'intérieur n'est plus soimais l'Autrel'Autre s'évanouissant
Posté par kelcun à 15:21 - Commentaires [4] - Permalien [#]